dimanche 21 février 2021

Aux lecteurs de ce blog soucieux d'avoir une bonne opinion d'eux-mêmes et mieux encore qui veulent aimer la poésie de Rimbaud !

Je survole un peu les consultations des articles et je suis un peu inquiet.
Alors, dans les derniers articles, les annonces de castagne, ok, ça vous intéresse, ça j'ai vu. Je pense que vous ne serez pas déçus. Les dernières petites brèves ont leur intérêt.
Mais, quand on est intelligent, quand on aime lire, quand on aime la poésie, quand on n'est pas une bouse perdue de ce monde, le réflexe, c'est d'aller lire l'article "Les réécritures au sein du quatrain 'L'Etoile a pleuré rose...' (2/2). Vous ne voulez pas tout lire, vous lisez déjà cet article où j'ai synthétisé l'essentiel sur "L'Etoile a pleuré rose..." Et, là vous avez un choc de lecture bouleversant. J'ai plus de lecteurs de la partie 1 que de la partie 2. Vous me faites rire, vous lisez sans faire fonctionner le cerveau.
Après, cet article, vous aurez éventuellement plus envie de lire les autres articles autour en complément sur "L'étoile a pleuré rose..."
Bon, l'article "Pour une lecture de 'Vu à Rome' ", c'est le plus lu des derniers articles mis en ligne. C'est déjà ça. Vous constatez encore une fois qu'on s'épuise à nier contre moi que le poème parodie Dierx, et je place petit à petit les billes, j'en rajoute aujourd'hui avec la "cassette", et vous constatez que pour "L'Etoile a pleuré rose..." dont je claironne la lecture communarde depuis longtemps (témoin officiel l'article "Consonne" de 2003) et "Vu à Rome" dont je dis que la signature Léon Dierx est une vraie clef parodique, personne ne me brûle la politesse. Puis, à la fin, les gens sont tout surpris. Oh ! David Ducoffre, le mec à qui on donne systématiquement tort de penser, il trouve de nouvelles sources, il améliore la lecture de Reboul, lequel ne l'avait pas retouchée entre 1999 et 2010, et il trouve moyen de plaider avec toujours plus de vraisemblance l'honnêteté parodique de Rimbaud quand il signe Léon Dierx, alors que tous les rimbaldiens sont vent debout contre cette prétention de Rimbaud lui-même.
Bon, évidemment, les deux articles par-dessus même ceux sur "L'Etoile a pleuré rose..." et "Vu à Rome", c'est les deux articles sur "Vies" et Chateaubriand. "La magnifique demeure cernée par l'Orient entier" et "Brahmanes et colombes". Bardel, il s'est ridiculisé en prétendant avoir bien rebondi sur l'étude de Brunel. Lisez et comparez. L'étude que je viens de faire sur "Vies", c'est du jamais vu dans l'histoire des études rimbaldiennes, et en privé certains rimbaldiens les ont salués les articles sur "L'Etoile a pleuré rose... 2/2" et "la magnifique demeure cernée par l'Orient entier". La remarque sur Chateaubriand qui se fait payer de son vivant ses Mémoires d'outre-tombe à l'origine de la pointe : "Je suis réellement d'outre-tombe, et pas de commissions", elle est prisée par les gens de bon goût, évidemment.
L'Article "Voyelles et La Trompette du jugement", je fais encore de la mise au point, ici sur le mot "tentes".
Evidemment, les articles sur "Oraison du soir", les quintils de Baudelaire et "Les Chercheuses de poux", vous aurez bientôt une synthèse. Pareil pour l'ensemble sur "Tête de faune" et Glatigny. Ne vous inquiétez pas. Je mets en ligne, parce que j'ai besoin de cette confrontation pour conserver ma dynamique.
Lisez les rimbaldiens sur "Oraison du soir". Le lien à Baudelaire, ils ne le font pas. Le lien à Catulle Mendès par les rimes des tercets, ils ne le font pas, comme ils ne font pas le lien de "Ce qui retient Nina" et "Mes Petites amoureuses" à la "Chanson de Fortunio".
Ils sont des dizaines, ils travaillent dans un confort que je n'ai pas, et ils ne me dament pas le pion. Me contredire ou partiellement m'ignorer, ça on sait faire.
Alors, "Voyelles", vous avez un programme ? C'est quoi vos lectures alternatives ? Vous avez ça dans vos cartons, comme dirait Reboul. Oui, "Voyelles", c'est pas du tout ce que David Ducoffre croit. Le problème, c'est que vos lectures sont par terre, ne se renforcent pas au fur et à mesure, tandis que vous n'arrêtez pas de venir sur ce que j'ai mis en avant (influence prédominante d'Hugo dans l'article de Reboul, maintenant tout le monde chante la trichromie (Gysembergh sur Helmholtz, etc.), tout le monde chante l'alphabet cosmique et la lumière (Boulard, Cornulier, Rocher). Vous avez quoi dans votre jeu ? Vous vous croyez des artistes au poker. Vous avez vu l'article "Voyelles, sonnet païen" ? Ah ! j'ai bien rigolé ! Bientôt, vous direz que c'est ce que vous avez toujours pensé, puisqu'en effet il y plein de moments où vous parlez de la pensée païenne de Rimbaud, de "Credo in unam" à "Vagabonds" en passant par "Mauvais sang" et "Tête de faune". Le petit souci, c'est que vous n'avez jamais parlé de la pensée païenne pour "L'Etoile a pleuré rose..." et "Voyelles". C'était délirant ce que je disais sur "Voyelles" ? Hein, c'était du délire ?
Vous voyez le résultat !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire